Les lundis, un genre d’expérience particulier – Kateryna Ziborova

Dans sa seconde «Lettre de Kyiv», Kateryna Ziborova envoie quelques conseils utiles pour quand vous subissez une attaque de missiles.

 

 Après neuf mois d’agression et d’atrocités tout à fait outrageantes contre le peuple d’un pays européen démocratique, la tendance à devenir « las de la guerre » et à être blasé par la répétition quotidienne des nouvelles d’attaques et d’obscénités est quelque chose dont nous devons nous garder.

Nous devons continuer à maintenir leur situation désespérée au premier plan de nos esprits au fil des jours. Cette pression quotidienne de longue durée sur les citoyens ukrainiens a ses effets à bien des égards, et le parallèle avec les attaques aériennes sur les villes d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale montre comment une agression immorale fait ressortir le caractère des gens sous le feu.

Cette dernière lettre de Kateryna Ziborova, avec sa petite fille à Kyiv, donne un aperçu des changements dans la conception que les gens ont des situations dans lesquelles ils se trouvent, où la terreur initiale se transforme en colère puis en humour noir, à mesure que le comportement humain se résigne à cette situation et trouve une délivrance mentale au stress continu.

En tant qu’adepte du camping et des grands espaces en temps de paix, les compétences de Kateryna en matière de « préparation » se sont avérées utiles, car elle dresse une liste de ce que la plupart des gens ne veulent tout simplement pas envisager. Kateryna a rédigé le brouillon de cet article alors qu’elle « montait la garde » dans l’abri anti-bombes du jardin d’enfants de sa fille de 5 ans, pendant l’une des attaques quotidiennes de missiles sur sa ville.

Ian Reed, 19 novembre 2022

 

 

Un Genre d’Expérience Particulier

Par Kateryna Ziborova – Kyiv – 19 novembre 2022

 

Notes :
1- Nous n’utilisons pas l’orthographe russe Kiev, nous utilisons l’orthographe ukrainienne : Kyiv.
2- Je tiens à souligner que j’écris délibérément « russie » et « russes » avec un petit « r » et j’insiste sur ce point car il ne peut y avoir de respect pour un pays terroriste.

 

 

Le lundi est toujours un jour difficile. La sensation de fin de week-end et le début de la semaine de travail, mais cette année en Ukraine c’est devenu encore plus difficile que d’habitude. Le lundi est devenu le jour où les russes bombardent le plus lourdement les villes et les infrastructures civiles à travers l’Ukraine, si bien qu’une expression particulièrement subtile et audacieuse est apparue ici dans notre pays : “Les lundis en Ukraine sont un genre d’expérience particulier” !

 

 

17 Octobre – la deuxième attaque consécutive du lundi contre Kyiv

(photo: Roman Hrytsyna/AP)

 

 

La guerre et les bombardements ont terrifié les gens en février et mars, ça les a mis en colère en avril et mai, et c’est devenu une routine quotidienne énervante depuis juin. Mais croyez-moi, attention attention, ceux d’entre vous qui vivez dans le reste de l’Europe, si votre ville paisible est bombardée par des missiles, des avions,  des navires, de l’artillerie ou des drones russes, l’horreur passera très vite. Et elle sera remplacée par une saine et joyeuse colère avec une touche de fatalisme et d’humour noir.

 

 

 

27 février 2022 – Des civils ukrainiens s’échappent vers la Pologne depuis la gare de Lviv.

(Photo : Médecins sans Frontières)

 

 

Je pense que peut-être vous trouverez cela étrange de lire “quand votre ville paisible sera bombardée par les russes…”. Mais croyez-moi, c’était étrange pour moi aussi jusqu’au 24 février 2022, même si, à ce moment-là, la guerre avec la russie durait depuis 8 ans. Jusqu’à ce qu’un missile tombe pour de bon près de votre maison, le cerveau refuse tout simplement de croire à la réalité de ce qui est en train de se passer. Alors lisez ce petit recueil de notes en provenance de la “Ligne de Front” civile de la défense de l’Europe démocratique, sur la façon de vivre et de survivre dans une ville bombardée. Rappelez-vous que cette “dingue de pompe à essence” russe couvre un sixième de la masse terrestre mondiale, et personne ne peut prédire qui elle pourrait bien attaquer ensuite !

En tant que femme avec un jeune enfant, voici mes conseils, car les enfants ne sont pas seulement notre avenir mais aussi notre responsabilité la plus importante et vous devez être prêt pour cela.

 

 

Le centre commercial Retroville dans le quartier de Podil à Kyiv, lundi 21 mars 2022.

(NurPhoto-Kyiv Independent)

 

 

1.  N’ignorez pas les alarmes

 

Il ne s’agit pas d’un exercice ni d’une plaisanterie. Étonnamment, il y a encore beaucoup de gens qui, même dans les villes qui sont constamment bombardées, ignorent le hurlement des alarmes de raids aériens et continuent à vaquer à leurs occupations comme si de rien n’était. Ils marchent, se mettent en colère lorsqu’on leur demande de quitter le magasin, ne planifient pas leur itinéraire et ne tiennent pas compte de la nécessité de se cacher. Le déni est un trait marquant du caractère humain, ne vous comportez pas ainsi, ces gens-là sont généralement les premiers à mourir.

 

Mon enfant de cinq ans sait que le hurlement de l’alarme anti-raid signifie qu’il faut attraper un sac d’urgence et se cacher dans un endroit sûr.

 

(photo: Anna Szilagyi/AP)

 

2.  Un enfant ne doit pas être perdu

 

Tenez la main de votre enfant. Tenez fermement la main de votre enfant. Tenez TOUJOURS fermement la main de votre enfant !

 

Tous les enfants doivent porter un badge indiquant qui ils ou elles sont et les coordonnées de tous leurs parents et amis. Le badge doit être placé sous les vêtements, à l’épaule (rappelez-vous – pas au cou, mais à l’épaule). L’enfant doit mémoriser le numéro de téléphone de sa mère et de son père.

 

Votre enfant doit également avoir son propre petit sac d’urgence contenant des papiers, de l’argent et un téléphone (de préférence un vieux téléphone à boutons-poussoirs) au cas où il vous arriverait quelque chose et que l’enfant se retrouve seul. Oui, cela peut arriver, et il faut que vous et votre enfant soyez  préparés à une telle situation.

 

 

3.  Ayez une réserve de médicaments

 

Si vous prenez régulièrement des médicaments, vous devrez avoir une réserve pour au moins deux mois.

Comme beaucoup de personnes en février 2022, ma fille et moi avons quitté la ville pour la campagne, malheureusement juste à côté de la cible d’un aéroport militaire – (voir mon prochain rapport). Entre autres choses, j’ai pris une réserve pour deux semaines de mes médicaments anti-épileptiques car je vis dans la capitale de l’Ukraine et ces médicaments se trouvent dans toutes les pharmacies. Pourquoi aurais-je besoin de garder des boîtes de médicaments à la maison ?  En mars, j’ai réussi à obtenir les médicaments dont j’avais besoin durant les conditions de guerre par des pharmacies à l’arrêt, et des gens très gentils me les ont apportés. Je ne pense pas qu’une joyeuse crise d’épilepsie “ravirait” beaucoup de monde autour de moi, même si j’ai l’impression que ça pourrait être le cas si nécessaire !  Alors ne faites pas ça ! Ayez une réserve de deux mois, car les pharmacies vont fermer immédiatement et votre maladie ne disparaîtra pas avec elles.

 

 

La vie continue au milieu des ruines de Kyiv

(Photo: State Emergency Service of Ukraine)

 

4.  Trois niveaux d’évacuation

 

Il faut toujours être prêt à courir ou à vous cacher. Être macho n’est pas une option. En fonction du degré de danger et du temps d’évacuation, vos affaires doivent être réparties en trois niveaux :

 

1 – Sac banane avec téléphone, médicaments, argent et papiers. Il faut l’avoir sur vous pendant la journée, et la nuit à côté de votre lit, vous le saisissez immédiatement après avoir attrapé l’enfant.

 

2 – Un petit sac à dos avec les affaires indispensables (sous-vêtements et chaussettes de rechange, bouteille d’eau, couteau, barres énergétiques, lampe de poche, briquet, corde, lingettes humides). Vous le mettrez sur vos épaules si vous avez le temps de vous habiller, mais vous devrez évacuer à pied.

 

Jamais ! Ne JAMAIS sous-estimer l’importance des lingettes humides. Surtout si vous avez un enfant avec vous. Les lingettes humides sont votre meilleur ami et votre assistant irremplaçable.

 

3 – Un grand sac contenant des vêtements et des chaussures de rechange, des bouteilles et un réchaud camping gaz, des ustensiles de cuisine de camping, une hache, une pelle et une petite réserve d’eau et de nourriture. Il s’agit du troisième niveau d’évacuation, par transport.

 

 

5.  Apprenez les bases des premiers secours

 

Comment clamper une blessure, appliquer un garrot ou panser une plaie. C’est relativement facile à apprendre et vous vous en sortirez avec ces connaissances.

Mais non, vous n’avez pas besoin de retirer des balles avec des pinces !

Non, vous n’avez pas besoin de cautériser les blessures avec de la poudre à canon !

Non !!! Ne pratiquez pas d’amputations sur le champ de bataille !

Si vous n’êtes pas docteur, vous ne ferez que du mal. Pour savoir comment ne pas faire de mal – apprenez les bases des premiers secours.

 

 

15 novembre 2022 – Une autre attaque de missiles russes à Kyiv

photo: State Emergency Service of Ukraine/Oleksandr Guse)

 

6.  Règle des deux murs

 

Quand vous vous cachez des bombardements à l’intérieur, il devrait toujours y avoir deux murs entre vous et la rue. Pas de fenêtres, de surfaces vitrées ou de carreaux. Le meilleur endroit est généralement un couloir. Regardez le plan de votre appartement ou de votre maison, trouvez ce genre de coin avec des murs solides, et préparez-le en cas de pilonnage soudain. Une petite chaise, une bouteille d’eau et une barre de chocolat suffiront. Si vous ajoutez une couverture, ce sera formidable.

 

 

7.  Si vous entendez des coups de feu, cachez-vous

Vous n’êtes pas Rambo, ni même John McClane ou Sarah Connor. Si un civil entend des tirs, il ou elle se jette à terre et se couvre la tête. Vous pouvez prudemment aller vous mettre à l’abri, mais ne cessez pas de protéger votre tête.

Non, vous n’avez pas besoin de regarder ce qui se passe là-bas !

Non, vous ne devez pas courir vers l’endroit où l’on tire pour aider ! Si vous êtes un militaire professionnel, pourquoi ne pas vous battre ? Et si vous êtes un simple civil, vous ferez plus de mal que de bien.

Si vous voyez un homme blessé, aidez-le si vous le pouvez. S’il porte un uniforme militaire russe, frappez-le à la tête avec une brique !

 

 

Des milices et des soldats ukrainiens aident des enfants à traverser un pont détruit près de Kyiv

(photo: Emilio Morenatti/AP)

 

8.  Conservez des réserves de nourriture et d’eau à la maison

 

Une réserve de conserves et de bouteilles d’eau potable pour au moins une à deux semaines doit se trouver chez vous. N’oubliez pas de vérifier que rien ne soit gâté ou abîmé.

 

Enfants de Kyiv faisant la queue pour l’eau

(photo: State Emergency Service of Ukraine)

 

Séparément, vous devez conserver une réserve d’eau pour vous laver (gardez une baignoire ou un lavabo en réserve remplis), des sacs pour recueillir les déchets et une petite pelle pour enterrer les déchets dans la rue. L’approvisionnement public en eau et l’évacuation des eaux usées peuvent disparaître très rapidement, et vous n’avez certainement pas envie de découvrir à quoi ça ressemble de vivre dans une ville du Moyen-Âge sans eau et avec des eaux usées autour de vous.

 

Et des lingettes humides. Faites-moi confiance, vous ne pouvez jamais avoir trop de lingettes humides.

 

L’hiver arrive………..

 

19 novembre 2022 – Kyiv

(photo: Kateryna Zibarova)

 

Des sous-vêtements thermiques, des chaussettes chaudes, des vêtements chauds de randonnée ou de chasse, un sac de couchage chaud, de bonnes bottes et un blouson sont les choses qu’il faut avoir. N’oubliez pas une bouteille de gaz, un réchaud de camping et un thermos.

 

ET DES LINGETTES HUMIDES ! Souvenez-vous toujours des lingettes humides !

 

Bonne chance !

 

*Il se trouve que pendant que j’écrivais cet article, avec tous nos blackouts et raids aériens, pas seulement le lundi est devenu un jour si particulier. Les frappes quotidiennes, au fil de tous les jours de la semaine, sont maintenant presque comparables.

 

Kateryna Ziborova – Kyiv – 19 novembre 2022

 

AFHG/GPFA

rédacteur et produit : Ian Reed

traduction française : Geneviève Monneris

 

       

         

(photos: Zelenskiy Official)

1 Comment

  1. DOMINIQUE Reynes on November 24, 2022 at 2:32 pm

    Merci madame. Merci pour votre courage, merci de nous prévenir.
    Je pense à vous peuple si injustement
    Attaqué avec une grande compassion .

Leave a Comment